Groupe Ordet 18/19

Avec les émotions, les croyances ou les représentations fondent nos engagements. En effet, « la volonté – affirme Vladimir Jankélévitch (in « Le courage », Les Vertus et l’Amour) – ne peut être mue par la seule raison. »

Issu du Cycle de Montbrillant, le Groupe Ordet (dont le nom évoque un film du Danois Carl Theodor Dreyer, l’une des perles du cinéma mondial) questionnera le thème des croyances dans leur rapport à la factualité, à la raison, à la foi, aux superstitions ou encore aux rumeurs.
Les croyances nous paralysent-elles ou au contraire, nous animent-elles ? Sont-elles des vétilles rétrogrades ou les ferments possibles de l’émancipation. Quelle place tiennent, devraient tenir ou ne pas tenir les croyances dans l’espace public ?

Le Groupe Ordet :

• assistera à une adaptation de l’Antigone de Sophocle sous le titre Un os à la noce d’Isabelle Matter au Théâtre des Marionnettes

• à une pièce chorégraphique : Lignes de conduite de Maud Blandel à l’adc sur les origines sacrées de la tarentelle dans le sud de l’Italie

• rencontrera le philosophe Pierre Tevanian, spécialiste de l’usage politique de la question religieuse

• visitera l’exposition Afrique. Les religions de l’extase au Musée d’ethnographie de Genève,

• visionnera, enfin, le film Je ne suis pas une sorcière de la réalisatrice zambienne Rungano Nyoni à Fonction : cinéma.

Le groupe
Les artistes et médiatrices
Les spectacles
L’intellectuel.le
Le film
L’exposition
La médiatrice
Les partenaires
Production artistique
Vitrine bibliographique