Longtemps membre du comité central du Parti communiste français, Lucien Sève quitte cette formation en 1994 après avoir tenté – dix ans – de porter l’idée d’une « refondation communiste » en son sein même. Intellectuel d’une grande probité, philosophe complexe, Sève donne du marxisme une présentation équilibrée (Une introduction à la philosophie marxiste, 1980) évitant les distorsions hégélienne, feuerbachienne, stalinienne ou structuraliste.
Défenseur d’un humanisme renouvelé (Penser avec Marx aujourd’hui. II. L’homme ?, 2008), il s’appuie avec une grande finesse sur la puissante VIe Thèse sur Feuerbach de Marx pour instituer une nouvelle psychologie (Marxisme et théorie de la personnalité, 1969). Il porte haut la stratégie d’un « évolutionnisme révolutionnaire » renouant avec l’idée du communisme comme « mouvement réel (abolissant) l’état actuel » (in Marx-Engels, L’Idéologie allemande), comme « autogestion citoyenne généralisée ». Une ambition qu’il associe à celle – chère à La Marmite – d’un « développement multilatéral de tous les individus ».