Née à Genève en 1989, Nadja Reimann se distingue en qualité de plasticienne, scénographe, illustratrice et créatrice multidisciplinaire. Pour elle l’art se pratique au quotidien comme un jeu toujours ressourçant, un mode d’expression à offrir en partage.
Elle grandit dans le milieu solidaire et critique des squats Suisse et gravite entre les concerts punks et décalés du milieu underground, le théâtre et les expérimentations ainsi que les expositions artistiques.

Son parcours professionnel d’accompagnatrice et d’animatrice auprès d’un public très varié (enfants, adolescents, adultes, personnes en situation de handicap, migrants) depuis plus de dix ans la conduite très tôt sur le chemin de la médiation culturelle.
Diplômée de la HEAD, elle suit une formation de médiation culturelle en 2013, elle s’investit dans des ateliers d’animations et de créations pour des publics différents.
Elle contribue à des médiations autour d’expositions et de spectacles en collaboration avec la Fondation Cap Loisirs et l’atelier des 1001 Feuilles, puis co-créée une médiation participative et sensorielle pour le Conservatoire du Jardin botanique de Genève.
Elle collabore à la scénographie et aux accrochages d’expositions et participe à des productions artistiques caractérisées par l’inclusion d’artistes avec handicap, comme pour l’élaboration et la réalisation d’un dispositif créatif autour des rencontres amoureuses improbables au cœur du monde animal au Museum d’Histoire Naturelle de Genève en 2017.

Par ailleurs, elle fait partie de l’association Mesemrom, qui a pour but de défendre les roms à Genève.
Au courant de l’année 2018 elle entreprend une formation de médiatrice culturelle à l’Ecole d’études sociales et pédagogiques de Lausanne dans le but d’élargir encore ses compétences en matière d’approche culturelle.

Elle accompagne le parcours du Groupe Joséphine Baker (saison III) en qualité d’artiste et de médiatrice.